Vos enfants et le cannabis


BEH (Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire)
23 mars 2004 - N°13/2004

  Usage du cannabis à la fin de l'adolescence


Les chiffres - Le Parisien avril 2004

  1er partie de l'article

  2ème partie de l'article


 


L'adolescence

L'adolescence est l'âge du changement comme l'étymologie du mot l'implique : adolescere signifie en latin « grandir ». Entre l'enfance et l'âge adulte, l'adolescence est un passage. La métamorphose dont l'adolescent va être l'objet lui est imposée. Il n'en choisit ni le lieu, ni le temps, ni les composantes. Il est l'objet de multiples transformations, physiques, psychologiques, affectives et sociales.

L'évolution naturelle de l'adolescent est de s'intégrer à la société des adultes. C'est un besoin fondamental. Tous les ados le savent et attendent de pouvoir le faire. Ce souci d'intégration existe même chez ceux qui en paraissent le plus éloignés. La marginalisation n'est pas un choix, elle témoigne plutôt chez les jeunes de leur envie et de leur attente à l'égard de la société. Et si celle-ci n'y répond pas, ils sont d'autant plus blessés. Déçus, certains cherchent des refuges qui vont leur apporter une pseudo intégration, en les encadrant dans des rituels comme ceux qui accompagnent les usages de toxiques.

L'adolescent réclame avec vigueur son autonomie et individualité tout en restant encore profondément dépendant du cadre familial de son enfance. Il convient de souligner que tous les ados, traversant ou non des difficultés, établissent des relations plutôt conflictuelles avec leurs parents. On peut même dire que cette conflictualité fait partie du mouvement psychoaffectif de l'adolescent. Il remet en cause la personnalité de ses parents ; il doit convaincre non seulement ses parents mais une partie de lui-même qu'il n'a plus besoin d'eux.

Les parents sont brusquement confrontés à toute une série de tâches. Ils doivent progressivement passer d'une relation enfant-parent à une relation adulte-adulte, même si celle-ci reste toujours marquée d'un lien de filiation. Un remaniement relationnel considérable doit donc être effectué. Les parents doivent pouvoir accepter le désir d'autonomisation de leur adolescent, qu'ils vivent comme une perte, en dans le même temps l'accompagner dans ce processus de séparation-individuation.

Plus vraiment un enfant mais pas encore un adulte, l'adolescent se cherche, au travers de comportements excessifs et de remises en cause brutales. Sautes d'humeur, mutisme ou agressivité, attitudes de défis ...Ces réactions, déstabilisantes et irritantes pour l'entourage sont caractéristiques et "normalement attendues" durant l'adolescence.

Toutefois, 10 à 20 % des jeunes ont recours à des conduites à risque pour exprimer leurs souffrances. Cette exposition au danger peut s'exprimer de diverses manières : de la prise inconsidérée de risques physiques à la toxicomanie ou aux tentatives de suicides (le suicide représente la 2ème cause de mortalité chez les 13/25 ans, après les accidents), en passant par les fréquentations douteuses, les fugues . Point commun de ces conduites : généralement autodestructrices, elles altèrent les potentialités évolutives.

Nadine POINSOT, en collaboration avec Sylvie ANGEL ; mieux vivre, mode d'emploi ; Larousse, psychologies magazine ; 2002

 Fumer pourquoi ? >>