Témoignages

 

  • HOMMAGE A THEO ET TOM
    le 17/03/2013

    " 17 mars 2013 … 4h00 du matin …

    2 petits anges nous quittent prématurément, Théo, mon fils unique de 12ans ½, et Tom.

    Pour plus de détails sur ce drame, vous pouvez consulter le site en l’hommage de Théo sur http://www.theovasseur.fr

    On observe une minute de silence pour se recueillir, mais également, car les mots ne peuvent exprimer ou traduire l’horrible douleur qui nous tenaille.

    Ma minute de silence durera maintenant éternellement.

    Non, cela n’arrive pas qu’aux autres, une preuve de plus s’il en fallait.

    Et là, on se tourne vers les autres, on découvre l’investissement, l’énorme travail, le combat que mènent d’autres personnes touchées par ces même drames …

    Je remercie Nadine et Philippe pour leur présence, leur écoute, leurs conseils, leur combat … Parce que leur combat, c’est également le nôtre, leurs actions, ainsi que celles d’autres associations, nous permettent d’emprunter les routes chaque jour avec un peu plus de quiétude.

    La fatigue / l’endormissement seraient à l’origine de cette tragédie, un sujet qui commence à être de plus en plus connu, reconnu et qui interpelle.

    Prudence à tous.

    Pascal, Papa de Théo … Papa, un petit mot que je n’entendrai plus … "

     

     

     

  • Collision mortelle : l'automobiliste était ivre ...
    le 11/03/2011
  • MARIE
    le 20/10/2010

    Le 20/10/2008

    Marie,

    Ma petite princesse, tu nous as quittés
    A 8h30 du matin, sur un passage « protégé »
    Sur le chemin de l’école,
    Toute heureuse, car en plus depuis 3 semaines
    Tu avais une petite sœur
    Que tu t’appliquais à appeler Lisa Lou.
    Plus aucun instant de la vie ne sera comme avant
    Le manque de toi est constant
    Mais aussi la révolte en moi, pour ta vie
    Qui en une seconde s’est finie.
    Tu restes indéfiniment en nous mon trésor.
    Ta maman, Florence

  • 4 morts dans une famille
    le 26/09/2010

     

    Comme beaucoup d’automobilistes il avait l’habitude de rouler vite ; comme beaucoup d’hommes invités lors d’un repas, il avait bu quelques verres (0,8g/l), comme beaucoup il reprend le volant après, en conducteur expérimenté et bon conducteur qu’il se dit, perd le contrôle de son véhicule suite à la présence de grêle sur la route et percute une des voitures arrêtées sur le bas côté.
    Ma femme, mes filles, Cyrielle 16 ans et Océane 14 ans, ainsi que ma petite nièce Marion 6 ans ne survivront pas à cet accident.
    Il finira sa déclaration à la gendarmerie en affirmant que la vitesse n’est pas la cause de l’accident ! Sans doute est ce la faute de la grêle !
    Si, comme lui vous roulez vite, vous risquez un jour de ne pas avoir le temps de réagir et de tuer ou blesser un ou plusieurs usagers de la route.
    Cessez de vous croire protégé pour un tas de raisons qui feraient que ça arrive aux autres et pas à vous, car il n’en est rien ; La seule façon d’éviter que cela vous arrive, c’est de respecter les limitations de vitesse. Faites le par respect de la vie des autres ; Là seulement, vous serez un bon conducteur.
    Didier UMEC

    4 morts dans une famille...

  • LUCILLE
    le 24/06/2010

    Lucille est toujours vivante, temoignage de sa mere Chrystelle
    Jeudi 24 juin 2010, 16 H 50, sortie de l’école.
    Franck est venu chercher notre fille Lucille âgée de 8 ans à l’école comme tous les soirs. Ils franchissent juste le portail de l’école et marchent sur le trottoir qui longe l’école pour regagner la voiture. Sur le trottoir, il y a plein de monde : les enfants sortent de l’école, accompagnés de leurs parents.
    Soudain, une voiture fonce sur le trottoir.
    Franck a juste le temps d’apercevoir la voiture qui « déboule » droit sur eux. Tout se passe très vite.
    Lucille est derrière lui. Une chance. Il a le réflexe de la pousser vers le mur de l’école tout en sautant en l’air pour tenter de limiter l’impact qu’il ne peut éviter.
    La voiture le percute alors qu’il est en l’air. Franck et Lucille sont projetés à terre. Lucille retombe sur le dos. Par chance, Elle avait son cartable sur le dos. Le cartable sert de « matelas » et protège sans doute la tête et la colonne vertébrale. Lucille perd beaucoup de sang. Quand j’arrive sur les lieux de l’accident, elle gît à terre dans une mare de sang. Elle est couverte de sang. Elle est consciente. Franck est debout, en sang. Lucille a le nez et les dents fracturées, des ecchymoses un peu partout. Franck est une plaie vivante.
    Dieu merci, ils sont vivants. Ils passeront la nuit aux urgences, puis Lucille passera la journée suivante en pédiatrie. Elle mangera liquide et froid pendant 3 semaines. Elle sera malade pendant 3 autres semaines : otite, roséole … puis sera mise sous antibiotique. Elle verra des spécialistes : stomatologue, dentiste, ostéopathe. 3 mois après, elle voit toujours le dentiste et se plaint régulièrement de coup de marteaux dans les oreilles. Alors, qu’avant l’accident, elle n’avait jamais eu mal aux oreilles et n’avait même, peut être grâce à l'allaitement, jamais déclaré d’otite.
    Pendant plusieurs jours après l’accident, j’ai besoin de les toucher en permanence pour sentir leur chaleur.
    Le chauffard avait 2.02 g d’alcool.
    Ivre, il a perdu le contrôle de sa voiture.
    Il n’en a jamais rien eu à faire de ce qu’il a provoqué, ni le soir de l’accident, ni après.
    Je l’ai entendu insulter les parents d’élèves qui le retenaient, le soir de l’accident car il voulait rentrer chez lui pour « regarder la télé » disait-il. Il habite à 100 mètres de l’école.
    Plus tard, nous avons appris qu’il était sorti depuis 3 jours de l’hôpital où il était en cure de désintoxication contre l’alcool.
    Le pire, c’est que la comparution immédiate que l’on attendait pour rendre justice n’a jamais eu lieu : le chauffard serait atteint d’Alzheimer. Il est trop âgé (71 ans).
    Je ne comprends pas pourquoi on laisse sortir de l’hôpital des personnes âgées et malades avec le permis. Alzheimer ne s’est pas déclaré en trois jours ! Il sort de l’hôpital, il fauche ma fille et mon mari avec 2.02 g et on me dit qu’il ne comparaitra pas devant le juge parce qu’il a Alzheimer ! je ne comprends pas.
    A ce jour, une expertise judiciaire est en cours. Le chauffard a juste eu pour l’instant, un retrait administratif de permis pour 6 mois c'est-à-dire jusqu’au 24 décembre 2010. Et après le 24 décembre 2010, il va récupérer son permis ? Beau cadeau de Noël !!! Le permis de tuer ??
    Car Franck et Lucille ont eu beaucoup de chance. Je ne cesse de m’en réjouir, mais je n’oublie pas que le pire aurait pu arriver et j’ai peur que cela se produise ici, où ailleurs parce qu’on laisse le permis de tuer à des personnes âgées qui n’ont plus toute leur tête !
    Chrystelle, la maman de Lucille.

  • JULIEN
    le 20/01/2010

    Nous sommes les parents de Julien Bouju (18 ans) qui a eu un grave accident de voiture en janvier 2010. Atrocement brûlé sur la quasi-totalité de son corps (95%), Il est décédé après avoir enduré les pires souffrances que l’on puisse imaginer :

    Julien fut brûlé sur la quasi-totalité de son corps au 3e degré et resta conscient un bon moment après avoir été sorti du véhicule – il décèdera 11 heures après l’accident après avoir subit d’effroyables souffrances, à tel point qu’une cellule psychologique fut mise en place pour le personnel soignant qui n’avait jamais vu un cas aussi grave ; malheureusement pour lui, il est resté conscient très longtemps dans cet état.

    La personne responsable de l’accident roulait SANS PERMIS, sous l’empire de l’ALCOOL et du CANNABIS, à une vitesse excessive au dessus de la limite autorisée. Il a quitté les lieux de l’accident sans même accompagner Julien à l’hôpital. Le délit de fuite n’a pas été retenu. Et comble de l’horreur dans cette histoire, il n’a été condamné qu’à 8 mois de prison seulement (surement moins pour bonne conduite) et 251€ d’amende. Le tribunal lui a même proposé une ristourne de 20% s’il payait dans le mois (!).

    Les parents de ce jeune conducteur lui donnaient les clés de leur véhicule malgré qu’il ne possédait pas le permis. Le parquet ne retiendra même pas la complicité ! L’assurance y voit par contre une culpabilité avérée et de ce fait ne paye pas les frais d’obsèques qui reste à notre charge. Ces parents inconscients sont donc coupables et non coupables dans la même affaire selon ce qui les arrange.

    L’enquête de gendarmerie a été bâclée.
    Je ne suis qu’un citoyen inexpérimenté qui a réussi à rassembler plus d'éléments clés que des enquêteurs professionnels.
    il a fallu que ce soit avec mes propres deniers que je finance une expertise pour déterminer la vitesse du véhicule on aura retenu le seul témoignage du condamné comme preuve (!!!)
    Déniché 3 témoins essentiels qui prouvent le délit de fuite et la non assistance à personne en péril.

    J’ai rencontré les autorités qui ne veulent pas admettre les failles d’un système défaillant.

    Enfin désastre total de Mme La Procureur qui ne fait pas appel du verdict (alors que ce dernier va à l'encontre de ses convictions) et qui de plus traite avec dédain et mépris une famille qui attend des réponses, n'ayant même pas pris la peine de justifier auprès d'eux sa décision de ne pas faire appel. Elle refuse de me rencontrer.

    Nous avons toujours élevés nos 4 enfants dans le respect de la justice et des forces de l’ordre, nous ne savons plus quoi leur dire maintenant. Le décès et les circonstances de la mort de leur frère a complètement bouleversé leur vie, aucune aide psychologique ne nous a été proposée, le prévenu lui a eu droit à un suivi.

    Voici comment on renforce chaque jour le sentiment au cœur de nos citoyens que l'Etat se fiche de nous, que certains, imbus de leur autorité, traitent ceux en qui leur confiance est placée comme des moins que rien. C'est inadmissible.

    Nous avons organisé pour l’occasion une pétition que vous trouverez sur :
    http://www.drnc.fr/

    Voir aussi la vidéo réalisé par Kelly, soeur de Julien :
    http://www.youtube.com/watch?v=AhKjxHt_4yg

  • CYPRIEN
    le 27/08/2009

    Le 26 août 2009 Cyprien (19 ans) tué accidentellement par un de ses meilleurs amis, (conducteur du véhicule), en pleine nuit, en pleine foret !

    Mon fils,

    Tu es parti ce soir d’été rejoindre tes amis à quelques km de chez nous.
    Nous venions de terminer un barbecue pour fêter la St Louis, ton petit frère de 9 ans. Nous venions de diner pour la dernière fois tous les cinq !
    Tu es parti, sans adieux, sans un au revoir ! Mais tu es parti pour l’éternité !!

    A 4 h, du matin, la gendarmerie nous prévient que tu as eu un grave accident.
    Rapidement à l’hôpital, nous apprenons ton décès (d’ailleurs tu n’as même pas eu le temps d’arriver à l’hôpital !)
    Ton ami s’en sort indemne (pas même un petit pansement).
    Il n’était pas en état de conduire, l’alcool, substances illicites…puis la vitesse ! Il ne t’a pas laissé conduire car toi tu étais en état de conduire !!

    Toi tu as quitté ce monde sans t’en rendre compte !
    Tu es mort seul, coincé dans sa voiture, la nuit, en pleine foret !
    Il t’a écrasé contre un arbre !
    Je regretterai toute ma vie de ne pas t’avoir tenu une dernière fois dans mes bras et de ne pas t’avoir dit je t’aime une dernière fois !
    Notre vie est devenue une tragédie !
    Nous, la famille, tes amis souffrons de ton absence !
    Le vide que tu laisses est insupportable !

    Tu avais tant de projets, tu venais d’avoir ton bac, réussir le concours d’entrée dans une école de commerce internationale, une petite amie délicieuse, tu nageais dans le bonheur ! Il suffisait que tu rentres dans une pièce pour communiquer ta bonne humeur, ta joie de vivre, Il est vrai que tu possédais une aura remarquable !

    Tu avais un esprit de famille remarquable. Tu étais le « grand frère », et je sais que tu aimais cette place dans la fratrie

    Nous étions fiers ton père et moi d’avoir 3 garçons, c’était tout simplement notre réussite !

    Mais voilà ton cher ami s’est chargé de ton avenir, de notre avenir !

    Nous voulons aujourd’hui que la loi soit appliquée, que les jeunes comprennent les conséquences de leurs actes ! Ils sont informés mais ne se sentent pas du tout concernés, car autour d’eux ils se rendent bien comptent que les sanctions en France ne sont jamais appliquées !

    Alors que font le Gouvernement, et la Justice ? Je crois tout simplement qu’ils n’ont jamais été concernés par un tel drame et que pour eux ce ne sont que des dossiers qui s’empilent sur leur bureau !!!
    A ce jour nous sommes toujours dans l’attente !!! L’instruction est en cours !

  • ANTINEA
    le 26/08/2009

    Antinéa, 06 Mai 1994
    26 Août 2009

    Le mercredi 26 août 2009 alors qu’elle sortait du Collège de Normandie pour regagner son domicile, Antinéa KAWKA, 15 ans, a été fauchée sur sa moto, rue Georges Lèques à Nouméa (Tina sur mer) par un automobiliste circulant malgré un retrait de permis pour conduite en état d’ivresse et récidiviste.
    Contrôlé positif à un taux > 0.50g/L, en avril 09, il était sous le coup d’une suspension de permis lorsque les gendarmes (ou la police) l’ont à nouveau contrôlé en train de conduire sous l’emprise de l’alcool en juillet. En août il tuait Antinéa et avait déjà consommé 3 bières…

    Le décès brutal d’Antinéa, la cruelle injustice qui l’a frappée, a provoqué une très vive émotion au sein du collège, dans les quartiers de Normandie et de Tina notamment, comme dans tout Nouméa.

    Antinéa était une collégienne exemplaire, reconnue comme telle au sein du Collège de Normandie par tous ses professeurs, d’humeur toujours égale, toujours souriante, adorée par tous.

    C’était « une ado bien dans ses baskets comme on aime en voir !» disent ses professeurs. Elle adorait la vie, les gens et apportait à tous ceux qu’elle croisait cette joie dont elle irradiait. Elle avait beaucoup d’amour à donner à tous et c’est un grand vide à présent dans la maison.

    Elle roulait dans sa voie de circulation et, malgré une tentative pour éviter le camion en face elle n’a rien pu faire (déclaration de la police), il roulait trop vite avec une remorque en dépassant un autre camion de déménagement stationné (qui n’avait pas signalé son stationnement alors qu’il était après un virage). De l’autre côté un autre camion de déménagement était aussi garé de sorte que cela formait un goulot ne laissant aucune chance à Antinéa de s’en sortir.

    Nous pleurons tous beaucoup son absence ; sa sœur (19 ans), ses frères (12 et 4 ans) et toute la famille.

    Les parents Caroline et Jacky KAWKA

    En hommage à Antinéa

  • Ali
    le 22/07/2008

    Notre "futur" n'était pas prévu comme çà.... pas du tout !!! Nous avions encore tellement de projets.... Le 22.07.2008 tout s'est arrêté.... tu es parti en moto (ta grande passion) et un inconscient est venu te couper la route.... ce même inconscient, cet assassin qui est libre comme l'air ... mais qui t'a pris la vie !!!! L'avenir sans toi me semble insurmontable..... j'ai mal..... j'ai peur Je suis comme une bécane sans moteur... Je t'aime pour toujours !

    Un motard meurt au carrefour de Catillon

  • Florentin
    le 06/02/2008

    A Toulouse, le 6 février 2008, FLORENTIN,19 ans, étudiant en deuxième année Bachelor, prend, comme tous les matins, sa voiture Peugeot 106, pour se rendre depuis son domicile en banlieue toulousaine à l’école de Commerce, ESC, distante d’une dizaine de kilomètres également située en banlieue toulousaine. Il emprunte pour cela, depuis un an et demi, la rocade Nord de Toulouse, toujours très encombrée à 8 heures 40, malgré ses 2 fois 3 voies.

    Alors que Florentin attend au bouchon bloquant la circulation à quelques centaines de mètres de la sortie de l’échangeur qu’il doit prendre, un automobiliste de 33 ans, se rendant à son poste de travail, conduisant une Peugeot Partner, se rabat, subitement et sans raison expliquée, de la voie de gauche, traverse la voie du milieu, pour arriver en pleine vitesse sur la voie de droite et vient alors heurter la voiture de Florentin, sans que le conducteur n’ait manifesté aucun reflexe, notamment le moindre freinage.

    Sous la violence du choc, les deux voitures se sont embrasées sans que Florentin n’ait pu être secouru malgré l’intervention des automobilistes. L’auteur de l’accident, sorti indemne, n’est pas parvenu à expliquer les circonstances de son comportement. A la suite des analyses de sang, effectuées 4 heures après l’accident, la présence de stupéfiant confirmait qu’il était sous l’emprise de cannabis avec une concentration de 2,1 ng/ml de THC, alors que sa déclaration indique qu’il a fumé un joint la veille au soir, comme il le fait tous les soirs après son travail !

    La voiture de Florentin ayant percuté celle devant lui sans blesser son conducteur, le test de dépistage de stupéfiant également pratiqué sur lui en tant que victime, s’est révélé positif, l’intéressé ayant expliqué ne fumer du cannabis que dans les moments de baisse de moral et n’avoir consommé que deux joints la veille au soir.

    Voilà comment on peut se retrouver sur la route, soi-même, au volant de sa propre voiture et être entouré, sans le savoir, à l’avant et à l’arrière, par deux conducteurs, sous l’emprise de stupéfiants !

    La disparition tragique de Florentin a causé un grand choc, à Toulouse, dans notre petite ville de banlieue, auprès de nos connaissances, notamment auprès des associations où nous participons activement et au sein de l’école de commerce de Toulouse, les élèves et professeurs s’étant tous déplacés à la cérémonie d’obsèques très recueillie et digne. Une bourse d’aide aux étudiants, qui continuera à porter son nom, a été mise en place. Florentin était un élève modèle, doué, gentil, apprécié de tous et défendant des valeurs de société. Il était passionné de guitare au sein de son orchestre auquel il se donnait beaucoup, ainsi que de judo (ceinture marron) et de skate.

    Les parents, Geneviève, professeur de Mathématiques et Mario, ingénieur agricole, viennent de prendre leur retraite.

    Flo est parti. En sa mémoire nous avons décidé de réagir afin qu’il soit toujours fier de nous. Il est notre Etoile qui nous guide chaque jour. Le relais « Florentin 31 » est né. Notre mission sera :
    1) de démasquer le cannabis qui reste un grand inconnu quant à ses effets réels et conséquences scientifiques.
    2) de se mobiliser pour faire augmenter et appliquer les peines condamnant les consommateurs de stupéfiants et auteurs d’accidents de la route.
    3) de soutenir et d’aider les familles qui traversent ces épreuves causées par l’irresponsabilité de certains conducteurs.

    Nous souhaitons que l’association Marilou soit à nos côtés pour nous aider à atteindre ces objectifs, notamment grâce à tout son savoir faire, aux contacts et aux échanges qui sont possibles dans l’association et avec l’extérieur.

    Notre motivation est grande. C’est quotidiennement que nous allons agir. Beaucoup de personnes se sentent concernées, conducteurs de voitures ou même simples piétons. Des amis se proposent pour nous aider. Nous nous sentons poussés pour lutter contre ce fléau qui est la consommation de cannabis, véritable raz de marée, épidémie silencieuse qui inonde tous les établissements scolaires, les soirées et fêtes. Nous avons déjà organisé un grand concert en l’église de Castelginest (banlieue Toulousaine) au profit de l’association Marilou et déjà la chorale se propose pour revenir le 5 Juin 2009.

    Nous, parents concernés en tant que victimes, allons commencer notre recherche d’information et de documentation pour savoir exactement comment fonctionne cette drogue au niveau de l’organisme, comment elle peut être identifiée précisément selon les quantités consommées et la périodicité, comment on peut arriver à s’en débarrasser. Nous espérons ainsi pouvoir mieux faire comprendre l’importance et l’urgence de ce combat, que la majorité des français, comme nous même avant le drame, n’a aucunement conscience. Il restera à faire connaître tout cela au plus grand nombre de nos citoyens pour qu’un chauffard ne puisse plus dire qu’il ne savait pas !

    Pour terminer voilà une citation du docteur Chamayou : « Notre société doit réagir maintenant sans attendre une éventuelle catastrophe épidémiologique. Les milieux médicaux et politiques se doivent d’avoir un discours unique et cohérent. Il en va de notre responsabilité de citoyen et de professionnel. »

    Nous sommes ouverts à tout échange, contact, débat ou information pouvant nous aider. cancianim@free.fr  tel 06 62 72 02 46